Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 17:31



C;G;Jung à analysé les quatre premiers nombres dans de nombreux textes. il s'est souvent inspiré du travail du docteur R. Allendy, Le symbolisme des nombres, et j'ai suivi le même cheminement.

Le un, l'unité, quand il est isolé, est un absolu sans nombre qui ne peut être distingué ou comparé avec quoi que ce soit. L'unité est une pure abstraction qui, dans le domaine pratique, ne peut se comprendre qu'en opposition avec l'idée de pluralité. L'unité caractérise "tout ce qui peut être distingué de ce qui l'environne". Cette distinction nécessite une comparaison, la présence d'un autre élément, ce qui nous fait glisser vers la dualité.

Le deux, le binaire, nous fait rentrer dans le domaine de la distinction et de l'opposition. Quand on sort de la totalité, le principe de l'unité peut commencer à devenir "opératoire". La relation s'établit, la vie commence, et aussi la sexualité. Allendy lui donne une dimension "cosmique" quand il écrit :

" On peut considérer les rapports des deux polarités comme une attraction mutuelle qui les rapproche et les fond en un tout, et mettre l'amour à la base du mécanisme cosmique."

Pour Jung, (Essais sur la symbolique de l'esprit), le un n'est pas un véritable nombre et on commence à compter avec le deux parce qu'il entraine une division et une augmentation et, surtout, parce que c'est un "autre," un étranger, qui tente de s'opposer au un. Le un essaye de persévérer dans son unité, tandis que l'"autre" désire se différencier pour exister par lui même. D'où une tension contradictoire. C'est la vie ! car cette tension est productive, elle donne naissance au trois.

Le trois, le ternaire, est donc l'unité se développant en une dynamique qui la rend perceptible et accessible à la conscience. Avec le nombre trois se manifestent ainsi : la série, l'ordre, l'harmonie, la loi. Ceci explique que le ternaire, considéré par les traditions comme essentiellement masculin, soit à la racine de l'action, de l'organisation et de l'idée créatrice. C'est aussi la raison pour laquelle il est souvent associé à l'image de principes ou de dieux aux triples aspects. Citons, par exemple, la nature triple du Tao ; les trois grands dieux védiques Agni, Indra et Soma devenus ensuite Brahma, Siva et Vichnou ; en égypte ancienne Osiris, isis, et Horus ; le christianisme, enfin, avec le dogme de la Trinité.

Si le trois engendre la pensée discursive, c'est à dire compter, le déroulement dynamique, les rythme ternaires, tout ceci donnant une impression d'harmonie "intellectuelle", le passage du ternaire au quaternaire va se faire à partir d'un élément dérangeant parce que étranger à la pensée. En effet, le quatre, nombre qui a fasciné Jung toute sa vie, implique un retour, un mouvement rétrograde, vers le primordial : la Nature, le biologique et surtout le féminin. Il nécessite un billet pour lui tout seul et ce sera pour une autre fois

                     Ariaga

Partager cet article

Repost 0
Published by Ariaga - dans C.G. Jung
commenter cet article

commentaires

ariaga 13/10/2011 18:04


Je pense qu'un homme répondrait mieux que moi à cette question que je n'arrive pas à cerner. Je vous conseille de poser cette question chez Jean Bissur (dans mes liens). Amitiés.


Soloist 13/10/2011 10:40


Bonjour Ariaga,

Puis je vous poser une question au sujet de l'Anima ? :

Si l'on part du principe qu’un homme, qui n'a pas intégré son Anima, la projette sur des femmes autour de lui.
Et que, de plus, s'il n'est pas conscient de ce phénomène, la fascination de celle-ci ne devrait être telle pas le pousser inexorablement à séduire le « support » de cette projection :
Alors dans ce cas, quel élément de la psyché (ou l’absence de développement de cet élément) d’après vous, serait capable, de freiner, de bloquer cette tentative de séduction ?
Cela rendant fou de douleur l'homme qui se retrouve dans l'incapacité de faire ce premier pas ? Qu'est ce qui, malgré cette fascination extrême, pourrais empêcher de faire ce premier pas de
séduction ?
Votre réponse est importante pour moi.
Merci


Muttifree 01/11/2009 02:55


Sujet passionnant... que j'ai approché en son temps par "Etude sur les Nombres" de R.A Schwaller de Lubicz... approche difficile voire impossible par la seule intellection, ce qui m'a amené à
saisir la nécessité (à mon sens) de la contemplation et de la méditation... puisque c'est bel et bien de ce non Nombre, de cette Unité Première purement qualitative et non quantifiable qu'émanent
tous les effets que nous nommons "la création"...

Affaire à suivre (hihihi !!!) avec Joie... Merci Amie


Virginie 31/10/2009 20:31


Merci Ariaga, encore un billet très intéressant ! Alors une brassée de pensées lumineuses pour toi ! Amitié.


ariaga 31/10/2009 19:28


Les nombres, en particulier la relation entre le trois et le quatre, sont essentiels dans l "théorie" jungienne. Merci de ton intérêt.


Présentation

  • : Extraits du Laboratoire d'Ariaga
  • Extraits du Laboratoire d'Ariaga
  • : Ce site propose une sélection de textes provenant du blog principal d'Ariaga : le laboratoire du rêve et de l'alchimie spirituelle (http://ariaga.hautetfort.com)
  • Contact